Blablatoscope

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutif

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutif

Bon, tu commences à en savoir pas mal sur moi et ma façon de penser. Je t’ai parlé des règles, de mon poids, de mes poils… bref, si tu n’es pas encore parti en courant, j’aimerais en remettre une couche.

En ce moment, on parle pas mal du mouvement « no bra » ou « sans soutif ». Et tu sais que moi, j’adore essayer les trucs qui sortent de l’ordinaire…. Allez zou, je te raconte mon cheminement et mes réflexions sur ce mode de vie « libéré, délivré ».

Il était une fois, mes petits seins…

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutifPour commencer, je vais être honnête: je ne me rappelle plus à quel âge j’ai commencé à porter des soutifs. Au collège, pour sûr mais j’aurais carrément pu m’en passer. Je me souviens seulement d’un épisode qui m’a marqué: je faisais les courses avec ma mère, je devais être en 5e ou 4e je pense. Je m’étais habillée en vitesse car avec ma mère, quand c’est le moment de partir, on doit être dehors en 1 minute chrono. Bref, me voilà donc dans au rayon frais et, entre un camembert et du reblochon, je me dis « Mais qu’est-ce que je suis habillée confortablement aujourd’hui. J’ai une super grande liberté de mouvement, pas de douleur à l’épaule ou autour de la cage thoracique… ET MERDE JAI OUBLIE DE METTRE UN SOUTIF ». Dès lors que j’avais réalisé mon oubli, je me suis sentie vraiment mal (voire « nue »)durant toute la durée du shopping.

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutifPourtant, on ne pouvait pas dire que j’en avais besoin. Je n’ai jamais vraiment excédé le bonnet B (sauf récemment car j’ai pris du poids et mange mal).  Mais là n’était pas la question. Pour moi, le soutif était un élément à part entière de ma tenue de tous les jours au même titre qu’un t-shirt ou un pantalon. Il faut en porter, c’est comme ça! Et puis, c’est un accessoire de beauté aussi: on ne peut pas nier que c’est agréable de mettre un petit ensemble en dentelle!

 

Le déclic

Quand j’ai fait ma dépression, je n’ai plus eu envie de prendre soin de moi. Je passais mes journées en pyjama ou tout du moins en tenue très décontractée, sans maquillage, sans coiffure sophistiquée et sans soutif. Je n’avais pas envie d’enfiler un joli petit soutif et de me faire jolie. Et puis, à l’époque, tous mes soutifs avaient du rembourrage et des armatures en fer, pas vraiment agréable quand on reste à la maison… J’avais acheté très vite fait deux brassières de sport pour les jours de sortie mais c’est tout, ça s’arrêtait là. C’est donc sans soutif que j’ai commencé à regarder des vidéos de youtubeuses qui étaient passées au « no bra » et qui expliquaient pourquoi (totalement par hasard, car à l’époque je ne pensais pas que c’était une réelle démarche). Je te mets un échantillon de vidéos qui ont alimenté ma réflexion:

 

Libérée, délivrée!

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutifDu coup, je me suis rendue compte qu’en fait je n’avais pas besoin de mettre de soutif tous les jours, qu’au vu de mon petit bonnet, ça ne changerait rien à ma vie et que je n’étais pas la seule à être free des boobs. C’est peut être bête mais c’est rassurant de se dire qu’on est pas la seule à tenter un truc quand on se lance dans quelque chose de nouveau, enfin, ça me rassure moi… J’ai donc perpétué mon petit rituel même après la fin de ma dépression et je le continue encore à l’heure actuelle. Je suis free des boobies quand je me lève, quand je sors, quand je fais du sport, quand je fais du shopping…je suis libre h24 7j/7. J’ai toutefois acheté des brassières en dentelles ou bralettes en anglais (ça me fait toujours penser à branlette ce mot) car j’aime parfois me faire jolie sous mes vêtements sans me sentir compresser mais ça reste rare.

La réaction de mon entourage

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutifJ’en parle peu autour de moi car après tout c’est mon corps et ma décision…peut-être que les gens s’en sont rendus compte…ou non! Je mets toujours un débardeur pour ne pas montrer mes tétons aux yeux du monde entier (Même si, sérieux quoi les gars, c’est des tétons! Tout le monde en a ! Arrêtez de vous offusquer dès que vous en voyez à travers un t-shirt!).

J’ai juste parfois des réflexions sur « tu vas avoir les seins qui tombent » mais ça, je m’en carre (surtout qu’au contraire, ils se sont musclés avec cette expérience). Et puis, qu’est-ce qui pourrait tomber avec mon bonnet B, sérieux?  On me fait aussi remarquer que j’ai de la chance car les plus grosses poitrines n’ont pas le choix: le soutif leur permet d’éviter des problèmes de dos. C’est vrai mais je ne suis pas experte en seins (ou du moins, juste pour les miens) donc je ne peux pas vraiment émettre d’avis ou donner de conseils là-dessus.

Et toi ? As-tu déjà testé le « no bra » ne serait-ce qu’une journée ?

Publicités

5 commentaires sur “You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutif

  1. Vu le volume de mes tétés (cf Laetitia de Le corps la maison l’esprit), je ne peux pas me passer de soutien-gorge… Et je complexe car j’aimerais en avoir de plus petits (des seins, pas des soutien-gorges)(mais l’un ne va pas sans l’autre). Et vu le volume, c’est moche sans.
    Donc je trouve un moyen de les mettre en valeur avec soutien-gorge.
    Mais là, j’ai pas envie. C’est l’hiver.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s